7 juil. 2010

Chitta et félonie dans le même article, bravo TSA!!!!

Dans son édition du jour, TSA nous a pondu un article à rendre jaloux El Moudjahid. On y apprend qu'on a une sacrée chance d'avoir comme nouveau DGSN un certain général « Hamel »
Sorti de nulle part. En fait, son seul mérite est d'être natif de Tlemcen. Mais bon passons. TSA veut également nous convaincre que Bouteflika aurait demandé au nouveau DGSN une " ouverture en matière de libertés publiques". Là, on croit rever. Bouteflika le même qui n'a eu de cesse que de fermer tout espace d'expression... Oui, insiste TSA.

Allant plus loin , TSA, accuse Zerhouni et Tounsi des dérives liberticides des dix dernières années, innocentant en passant son cher président. Sauf que TSA défendait et Zerhouni et Tounsi lorsqu'ils étaient encore aux affaires.


2 juil. 2010

video
En réponse à l'interview exclusive accordée à DNA , par notre cher Afrik.com
dont voici un extrait : «Et notre ambition, c’est justement de ne pas faire du journalisme McDonald’s, des informations à la chaîne.» dans http://www.afrik.com/article20237.html
Oui!!! parfois il faut savoir faire des choix entre le journalisme Mc Donald ou Kebab.

Tounsi, Oultache & le trombone

Ceci est une analyse pour le fun de l'article paru dans DNA :
http://www.dna-algerie.com/index.php?option=com_content&view=article&id=200%3Aaffaire-ali-tounsi-enquete-sur-un-assassinat-qui-ebranle-le-pouvoir&catid=42%3Ainterieure&Itemid=53


Je pense que lorsque les journalistes de DNA (Dernières Nouvelles d’Algérie) ont décidé de créer leur site, leur devise première était « Le ridicule ne tue point. ».

Je peux vous assurer une chose : DNA est peut être une copie non-conforme du site « DNA Dernières Nouvelles d’Alsace » mais ses articles n’en sont que très authentiques.
Après nous avoir régalé avec leur article truffé aux ¾ de commentaires recopiés sur Facebook (pour ceux qui ne le savent pas encore, Facebook vient de damer le pion à l’AFP pour quelques journalistes algériens. Non mais c’est vrai, pourquoi se déplacer et aller chercher l’info soi-même, quand 400 millions de journalistes sont à votre disposition ?) , voilà que DNA nous propose un article sensé nous révéler tout sur l’affaire Tounsi.
DNA vous dit tout !!
DNA vous dévoile tout !!!

Trois journalistes se sont mobilisés des mois et ont travaillé d’arrache pied, pour nous éclairer de leur lanterne aveugl…ante .

Mais qui a donc tiré sur le Directeur de la Police algérienne, ce fameux 25 février 2010 ?

Il n’est nullement question de refaire l’article, mais juste l’analyser et essayer de reconstituer le puzzle, comme le dit si bien DNA.
En gros, les journalistes de DNA nous proposent un puzzle de leur propre reconstitution du puzzle de cette affaire. Euh… vous y êtes ? Bon, lançons-nous.

Introduction : Dès le début de l’article, on connaît la date de l’assassinat de M. Ali Tounsi et surtout le nom de son assassin (c’est sûr que c’est Oultache puisqu’il n’est pas dit « assassin présumé » !!
« Cinq mois après cet assassinat, l’instruction est entrée dans sa phase finale. » Euh… il a été tué le 25 Février 2010, on est le 28 Juin 2010 (date de parution de l’article), ce qui fait tout juste 4 mois.
Ne vous méprenez pas, les journalistes (ils sont 3) ne pensaient pas résoudre l’affaire aussi vite.

Ceci dit, chez DNA, on se pose tout de suite les bonnes questions :
« Comment Ali Tounsi a t-il été tué ?
Quel est le mobile du crime ?
Qui est son assassin présumé ? » (On connaît le nom de l’assassin mais pas celui de « l’Assassin présumé . Il ne reste plus qu’à savoir pourquoi et comment il a été tué.

Paragraphe 1 : Qui est Oultache ?
« Ancien pilote de chasse ! Directeur Général de la Sûreté Nationale. »
A la pointe de la technologie
Les techniques de communication moderne n’ont aucun secret pour lui !!
Il fût à la tête d’une commission technique spécialisée dans la détection d’explosifs, armes à feu, voitures volées…. Rien ne résiste à Oultache !!!
Rien ne l’effraie !!!
Faut croire que ce premier paragraphe (le plus long de tous), est là pour nous présenter Oultache comme étant un homme intègre et fidèle à son ami M. Tounsi.
N’allez pas croire que ces journalistes essaient le rendre sympathique à nos yeux, jamais !!!!
Pourquoi Oultache tuerait-il Tounsi puisqu’il lui a déjà sauvé la vie une première fois (tiens donc, j’y pense là à cet instant. Si il lui a sauvé la vie, c’est que, quelque part,’il lui appartient ? Comme si il avait préféré acheter son âme ?? Donc, il a le droit de lui retirer sa vie ??euh… bon d’accord, laissons tomber et revenons à nos « brebis galeuses » (hi hi) euh...pardon...

Paragraphe 2 : Attention celui-ci est titré : « Smith & Wesson acheté 100 dollars aux Etats-Unis »
On apprend que Tounsi a demandé à son collaborateur de présenter un bilan sur les travaux de sa commission. (Ce n’est pas non plus une thèse qu’il lui demande de présenter)

Donc, la veille de l’assassinat, Oultache réunit ses proches collaborateurs pour ce fameux bilan…. La réunion s’éternise. Oultache n’en peut plus, rentre chez lui à 22h pendant que les autres planchent !!! (Normal, c’est un chef).
« Le document n’étant pas fin prêt pour la réunion du jeudi, Oultache compte demander un délai de quelques jours. » (euh non mais , quand on veut demander un délai supplémentaire, on attend pas le jour de la réunion pour le faire, quand même !!!!)
Oultache va quand même tenter le coup.
Le jour J (jour de la réunion) il se fait tout pimpant (d’après DNA), prêt à faire le paon devant son chef !! mais « avant de quitter son domicile, il ne manque pas d’emporter son Smith & Wesson, calibre 38, une arme qu’il avait acquise auprès d’une américaine pour 100 dollars lors d’un voyage effectué au milieu des années 1990 aux Etats-Unis. » (Rappelons quand même que Oultache est colonel et que les armes, on a dû en mettre à sa disposition. Y a –t-il besoin d’en acheter une illégalement ?) Bref !!!!
En fait, de deux choses l’une : si son charme n’agit pas sur son Chef, il le bute. (je ne vois pas d’autres explications quant aux éléments apportés ici).

Mais chez DNA, on va dans le détail près !!! L’arme en question est une « Smith & Wesson » qui a coûté 100 dollars à une Américaine !! Encore un peu on nous dirait que c’est Sharon Stone, en personne qui lui a fourni cette arme !!!
On apprend également, qu’avant de se rendre à la fameuse réunion, il fait un détour par le marché pour y acheter des ….pétards pour sa petite fille (détail très important)
Attendez, ce n’est pas fini !!! Les pétards en question c’est pour sa petite fille de.. . Euh …3ans !! (Chez les Oultache : à 3 ans c’est les pétards, à 10 les grenades et à 15 les bombes.).
Et en plus, ces pétards, savez-vous à quoi ils vont servir ??? Mais oui !!! « à l’occasion du Mouloud » et on va encore plus loin dans le détail : « Une fête qui célèbre la naissance du prophète Mohamed. » (Avouez quand même que vous l’ignoriez !!!)

Paragraphe 3 : « Oultache entre à la DGSN sans être fouillé »
On nous rappelle encore une fois que Oultache souhaite annuler cette réunion.
En gros, on nous fait croire, qu’un Colonel attend que tous les directeurs devant assister à la réunion soient là pour demander de l’annuler.
Pas de nervosité, pas de stress, pas de tension, tout va bien dans le meilleur des mondes.

Paragraphe 4 : « Tounsi reçoit une traduction d’un article d’un journal arabophone »

Euh, qu’est-ce que cela vient faire ici ?? Mais oui, les journalistes de DNA se doivent de nous faire croire qu’ils détiennent (les journaux et journalistes) une place importante dans la vie des grands de ce pays !!!
Tounsi a 73 ans
« Ali Tounsi entame toujours sa journée avec la lecture de la presse quotidienne. Ce matin donc, le secrétaire a tôt fait de faire traduire dans un français plutôt approximatif. » (J’adore l’expression « français approximatif » aussi approximatif que le français de ce même article coécrit par 3 journalistes !! Rien que dans ce paragraphe « a tôt fait de faire… » « Seraient impliqué (sans s) le Colonel et son fils »… à vous de repérer les autres pour les besoins du puzzle).

Paragraphe 5 : « Oultache à Tounsi : « C’est toi le traître, toi le fils de harki »
Euh… Chemise blanche et Pantalon gris. Waouwwww très important !!
En résumé, ça me rappelle un sketch de Gad El MALEH…
On comprend juste sans savoir pourquoi, que le ton monte entre les deux hommes !!! On parle de « Trahison » et oups « la tension monte d’un cran » Tounsi accuse et Oultache réplique « C’est toi le traître, toi le fils de Harki !» (apparemment c’est une insulte) moi j’aurais plutôt dit « toi le fils de P.. .»
Waouwww !! la tension monte encore plus. Tounsi prend un coupe papier posé sur le bureau et Oultache fait un pas en arrière et soudain !!…. Il se remémore l’histoire du… « TROMBONE »…. « A cet instant précis, Chouaib Oultache se rappelle de deux faits d’armes que Tounsi lui avait rapportés quelques années plutôt. Le patron de la DGSN, raconte Oultache, s’est vanté d’avoir tué deux personnes au cours de sa jeunesse, une avec un trombone planté dans le plexus et l’autre avec le couvercle d’une boite de conserve transformé en une lame effilée capable de trancher la gorge d’un individu »
Non !!!! se dit-il, pas question qu’un trombone ait raison de ma peau !!! C’est le moment de sortir le Smith andWesson de l’Américaine !!! Il tire, Tounsi est à terre !!!Avec 4 balles dans le thorax et sûr que la première est dans le plafond.. .

Oultache : «Ohhh !! Mon dieu !!! Qu’ai-je fait ?? C’est horrible. Je vais me suicider. ( Il compte le nombre de balles tirées (5), zut il n’en reste plus qu’une dans le barillet, faut pas que je me rate » se dit-il.
Il dirige l’arme sous son menton, Adieu ma vie…
Zut !! j’ai oublié de donner les pétards à ma petite fille pour le Mouloud, la fête qui célèbre la naissance du prophète….

C’est triste la vie, faire un détour au marché pour les pétards et ne pas pouvoir en profiter, «je vais rater le Mouloud !!!!».
Et là il tire,… mais rien ne se produit, l’arme s’enraille… ( là c’est un petit peu burlesque) « L’arme s’enraille. Il tente de la décoincer avec un ciseau, en vain. Il fait une nouvelle tentative sur un meuble du bureau. En portant des coups sur le chien du pistolet, celui-ci se casse. Le meuble porte encore des traces de ciselures et le pistolet, principale pièce à conviction, est sectionné au niveau du chien. »
(Merci à DNA de nous dire qui a pensé cette partie du scénario.)
Donc, rien ne se produit… est-ce un signe du destin ?? Rappelez-vous « Sidna Ibrahim » sur le point de sacrifier son fils Ismaël. Dieu lui offrit un mouton.
Oui bon, d’accord, mais là c’est qui le mouton ?? à moins que… ah oui ??? Et là naissait devant nous le « mouton Oultache » !!

Paragraphe 6 : «Achevez les tous les deux..."
« Chouaib Oultache sort du bureau capitonné » ce qui explique sûrement le fait qu’il peut tirer autant de balles qu’il veut, le secrétaire à côté, n’entend rien et attend que l’assassin vienne le voir …
Bref, notre héros assassin assène un coup de crosse sur la nuque du chef de la sûreté Nationale.
Comment a-t-il procédé pour atteindre sa nuque? C’est simple, le directeur en question arrivait à reculons pour lui faciliter les choses. Vous comprenez sinon on n’aurait pas pu placer cette scène !!!
« Chouaib Oultache est touché au foie, au poumon et dans les deux cuisses. » (Le poumon droit ou gauche ?? très important pour la résolution de ce puzzle ?
Il retourne voir Ali Tounsi : « Zut ! il est bien mort !!» « Ce Fils de …, il n’a même pas dit si oui ou non il ajournait la réunion !!!! »
Ah chut !! Taisez-vous, je suis blessé, j’entends des voix !! On parle français !!! « Achevez-les tous les deux !!» Les Français sont de retour, c’est sûrement eux !!! Et puis oups... je ne me rappelle plus rien du tout.

En conclusion :
En guise de révélations, on notera qu’on se pose beaucoup plus de questions qu’au départ.
Rappelez-vous qu'en introduction, 2 questions restaient en suspens : « Comment Ali Tounsi a t-il été tué ? Quel est le mobile du crime ? »
Et en fin d’article, on en pose beaucoup plus :
« Qui a bien pu tirer alors ?
Y'a-t-il réellement un second tireur qui aurait achevé le patron de la police ?
Pourquoi la scène du crime n’a-t-elle pas été préservée immédiatement après les faits ?
Pourquoi a-t-on confié l’enquête préliminaire à la police scientifique ?
Pourquoi le bureau de Tounsi a-t-il été nettoyé alors qu'il devait resté en l'état pour préserver les indices? La défense demande le renvoi du juge d’instruction. Ce dernier veut boucler l’instruction rapidement. Plus que jamais, cette affaire sent le souffre. »

Et toujours comme au début de cet article, on ne sait toujours pas compter
« Cinq mois après la mort d'Ali Tounsi, son successeur n'est toujours pas désigné. »

Une autre question me turlupine : « La petite fille de 3 ans, a-t-elle eu ses pétards ?!? »


Mes chers amis, si j’ai un conseil à vous donner : N’allez surtout pas jusqu’au meurtre pour une histoire de réunion non reportée !!!Mettez-vous en arrêt, là c’est sûr vous n’y serez pas.